la lettre d’alsace
m u l h o u s e
.org
03.05.2018
Je fermai les deux yeux, dans ma froide épouvante, Et quand je les rouvris à la clarté vivante, A mes côtés, au lieu du mannequin puissant Qui semblait avoir fait provision de sang, Tremblaient confusément des débris de squelette, Qui d'eux-mêmes rendaient le cri d'une girouette Ou d'une enseigne, au bout d'une tringle de fer, Que balance le vent pendant les nuits d'hiver. Charles Baudelaire   Les métamorphoses du vampire
cliquez sur une photo puis lancez le diaporama
enseignes
alain hénaff-mariot